Quels sont les objectifs d’une formation d’assistant vétérinaire ?

Indispensable au sein des structures intervenant dans le bien-être animal, l’assistant vétérinaire joue divers rôles. Ceux-ci varient en fonction de son échelon au sein du service. Toutefois, ils se joignent sur un point : s’occuper des animaux en effectuant différentes tâches. Petit tour d’horizon sur les objectifs d’une formation d’assistant vétérinaire.

Le principal objectif d’une formation d’assistant vétérinaire

La Formation assistant vétérinaire permet d’obtenir le titre d’auxiliaire vétérinaire qualifié(e) (AVQ) ou d’auxiliaire spécialisé(e) vétérinaire (ASA). La première qualification s’obtient sur une durée d’un an, au terme d’une formation en alternance. La seconde est plus exigeante, elle nécessite un cursus deux ans. La formation s’effectue dans le cadre d’un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage. 

Même si la préparation de l’AVQ ne demande pas de qualifications particulières, celle de l’ASA exige la détention d’un baccalauréat général, technique ou professionnel. La formation est aussi accessible aux personnes qui détiennent un diplôme d’accès aux études universitaires. 

L’assistant vétérinaire intervient dans les cliniques et cabinets de soins pour les animaux. On le retrouve aussi dans les CHV (Centres Hospitaliers Vétérinaires). Il travaille directement sous les ordres et la direction du vétérinaire. Son travail se décline en deux principaux volets : un volet administratif et un volet médical.

La formation d’assistant vétérinaire n’offre pas de possibilités de spécialisation. Toutefois, au terme de son cursus, l’ASA peut choisir de se concentrer sur un aspect du métier ou sur une espèce particulière d’animal. Ce genre d’alternative est généralement offert par les grandes cliniques. Dans les petits centres de santé pour animaux, l’assistant vétérinaire assure tous les échelons du métier.

Lisez aussi :  Quelle quantité de foin donner à ses lapins ?

Effectuer des tâches liées aux soins animaliers

assistant vétérinaire

Les tâches propres aux AVQ et aux ASA sont fixées par la Convention collective nationale des cabinets et cliniques vétérinaires. Elles sont d’ordre administratif et de nature sanitaire.

Les tâches administratives liées aux soins animaliers

Au sein des structures de soins animaliers, l’assistant-vétérinaire s’occupe du service secrétariat. Il accueille et reçoit les propriétaires, les maîtres ou dresseurs d’animaux. Pour mener à bien cette tâche, l’assistant vétérinaire doit avoir le sens du rationnel. En effet, le contact humain est très fréquent dans le cadre de cette profession. En plus du vétérinaire, l’ASA doit, tous les jours, interagir avec les propriétaires d’animaux, des fournisseurs et ses collègues. La formation d’assistant vétérinaire convient aux personnes attachées aux animaux. Leur future profession les amène à rester proches de ces derniers. De plus, elles rencontrent tous les jours différentes espèces animales.

L’assistant assure la permanence téléphonique. Il gère l’agenda de son employeur et s’occupe de la clientèle en son absence. L’ASA endosse aussi un rôle de gestionnaire de stocks pour l’entreprise au sein de laquelle il travaille.

L’assistant vétérinaire aide pour la gestion de la comptabilité. L’employeur lui confie la vente des produits vétérinaires qui peuvent s’acheter sans prescription médicale. Il les vend et indique aux acheteurs leurs modes d’emploi.

Les tâches liées au bien-être des animaux

chien chez le vétérinaire

Une formation d’assistant vétérinaire permet de maîtriser l’anatomie de diverses espèces animales. En effet, l’ASA assiste son employeur pendant les différents actes médicaux réalisés sur les animaux. Avant et après les soins et interventions chirurgicales, il nettoie et stérilise les instruments.

Lisez aussi :  Combien coûte une assurance santé pour chien ?

En l’absence du praticien, l’auxiliaire peut réaliser des prélèvements. À la demande de son supérieur, il effectue des radios et participe au suivi des patients.

À l’instar des personnes hospitalisées, certains animaux, en raison de leur état santé, sont obligés de passer la nuit sur place. Avant d’ouvrir le cabinet, l’ASA doit surveiller l’évolution de leur état et faire un rapport au vétérinaire. En fin de journée, il prodigue les derniers soins et prépare les patients pour la nuit. Il nettoie les cages et s’assure de la propreté des lieux. Les cliniques vétérinaires d’urgence sollicitent l’assistant vétérinaire pour la garde de nuit ou pendant le week-end.

Avatar photo

Humaginaire

Humaginaire, votre magazine en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.